Nous joindre : 01 42 02 61 62 Espace clientPortail social

L’évaluation financière de la start-up

Evaluation financière de la startup

Depuis quelques années le nombre de créations de jeunes entreprises innovantes s’est envolé. Les besoins en matière d’évaluation financière des start-up ont ainsi considérablement augmenté.

L’intérêt porté par certains organismes internationaux comme l’IPEV (International Private Equity and Venture capital) ou l’IVSCI (International Valuation Standards Council) confirme l’importance de ce sujet.

Ces sociétés sont caractérisées par :

  • l’absence de données historiques et de profitabilité à court terme,
  • la dépendance à des fonds privés,
  • de fortes perspectives de croissance en cas de succès
  • mais un risque élevé de mortalité.

Les méthodes traditionnelles d’évaluation financière ne peuvent s’appliquer aux jeunes start-up. En effet, elle ne développent pas encore de chiffre d’affaires et ne possèdent pas d’historique financier suffisant pour établir un Business Plan.

Comment analyser la stratégie d’une entreprise dont le principe même est l’innovation ?

On peut utiliser les analyses des opérateurs en Venture capital (capital-risque) lorsqu’ils examinent une entreprise innovante :

La proposition de valeur

L’offre de l’entreprise correspond-elle à la satisfaction d’un besoin exprimé par le marché ? Bien souvent les créateurs d’entreprise pensent avoir identifié un problème qu’ils considèrent comme essentiel pour un segment de consommateurs alors que le marché n’est pas sensible à leur besoin.

La taille du marché et la scalabilité du modèle

Le modèle économique de la start-up est-il reproductible en fonction de l’augmentation du volume. Le coût de traitement d’un client supplémentaire doit être très inférieur aux revenus qu’il procure.

Les barrières à l’entrée

Quelles sont les difficultés qu’un nouvel entrant sur le marché aura à surmonter ?

Les principaux types de barrières identifiées sont :

  • les marques,
  • les brevets,
  • les réglementations,
  • l’avantage provenant de coûts plus bas que les concurrents,
  • des coûts de transferts élevés.

Comment évaluer les actifs immatériels ?

La méthode de Jacky OUZIEL (sharing value) développée dans l’article L’évaluation des actifs immatériels stratégiques appliquée aux start-up pourra compléter l’analyse s’appuyant sur la méthode capital-risque.

Cette méthodologie prend tout son sens dans l’évaluation de la start-up pour laquelle le potentiel de croissance se trouve dans les équipes et n’apparait pas à l’actif du bilan des sociétés évaluées.

Quelles sont les différentes approches d’évaluation des actifs immatériels ?

Les méthodes analogiques

Ces méthodes reposent sur l’application de multiples observés sur d’autres sociétés cotées du même secteur d’activité (ou lors de transactions portant sur des sociétés comparables)

Le problème d’utilisation provient de la difficulté d’identifier des sociétés cotées présentant suffisamment de similitudes avec une start-up développant des innovations de rupture.

Il convient de rappeler que le plus souvent ces entreprises sont déficitaires, ce qui rend inutilisable les agrégats représentatifs de la profitabilité (EBIT, EBITDA).

L’approche par les flux (méthode DCF)

La méthode d’actualisation des flux futurs (DCF) devient alors très incertaine. Elle ne pourra s’appliquer qu’en présence de plusieurs scénarios d’hypothèses de croissance. En effet, il faudra être particulièrement vigilant dans les hypothèses retenues et dans la détermination d’un taux d’actualisation qui prendra en compte le risque de taille.

Attention toutefois à ne pas prendre en compte deux fois le même risque ; celui de la croissance étant traduit dans les flux. 

L’utilisation de la méthode DCF ne pourra se faire que pour conforter des prévisions et valider des hypothèses d’évaluation.

La plupart des méthodes utilisées sont similaires à celles utilisées par les fonds d’investissement. On rappellera que le financement des start-up est réalisé à différents stades de son évolution :

  • Amorçage (early stage), entre 1 et 3 ans : financement par love money, family office, business angels ;
  • Mise sur le marché : entre 3 et 5 ans, fonds de capital-risque;
  • Stade de développement : après 5 ans; capital développement

Quelles sont les méthodes d’évaluation utilisées par les fonds d’investissement ?

Venture capital method

Cette méthode permet de déterminer à partir d’une hypothèse de valeur de sortie du fonds, une valeur post money de la société qui représente la valeur de la société une fois les fonds injecté, puis une valeur pre money, avant investissement qui permet d’établir la valorisation de la jeune société.

Là aussi, il faudra retenir plusieurs hypothèses concernant :

  • Le taux de retour sur investissement (ou TRI) retenu, qui dépendra du risque mesuré pris par les investisseurs ; ce taux varie en général de 30% à 60% suivant le secteur;
  • L’horizon de placement du fonds, souvent compris entre 5 et 8 ans, voir 3 ans dans le cas de fonds d’amorçage ;
  • Le coefficient multiplicateur qui permet de mesurer la perspective de gain attendu de l’investisseur. Il sera au minimum de 5 fois l’investissement initial, pouvant aller jusqu’à 10 fois.

Le choix des indices est bien entendu primordial et pourra se faire grâce aux conclusions tirées de l’analyse préalable de l’actif immatériel.

Les approches spécifiques

Dans certains cas, le recours à des modèles statistiques ou optionnels peuvent s’appliquer. Parmi ces modèles, le modèle de Monte Carlo permet par l’utilisation d’un langage informatique, de calculer un grand nombre de simulations aléatoires indépendantes (+ de 100 000).

On obtient alors une courbe qui présente un faisceau convergent de valorisation.

Les méthodes traditionnelles d’évaluation financière trouvent leur limite d’application face au risque de défaillance de la jeune start-up. Il conviendra d’être particulièrement attentif aux conclusions de la mesure de la valeur des Actifs Immatériels Stratégiques et leur répercussion dans la valorisation de la société.

L’évaluateur se doit d’être particulièrement transparent dans les choix des hypothèses retenues ; l’objectif de telles évaluations étant de fournir des éléments de valeurs permettant d’apprécier un prix.

Le cabinet Ex&Co a développé une expertise solide en évaluation des entreprises : prenez rendez-vous avec un de nos experts afin de nous parler de votre projet !