Nous joindre : 01 42 02 61 62 Espace clientPortail social

Comment faire un diagnostic du Besoin en Fonds de Roulement ?

Comment faire un diagnostic du BFR ?

Le Besoin en Fonds de Roulement (BFR) fluctue chaque jour en raison du nombre important d’éléments qui intéressent la gestion du cycle d’exploitation de l’entreprise.

Qu’est-ce que le BFR ?

Le BFR est une variable caractéristique de la gestion du cycle d’exploitation de la société. Celui-ci signale l’ensemble des démarches liées à l’activité de la firme ou d’un projet, de l’acquisition de stocks jusqu’à l’exécution de la vente ou de la prestation. 

Le besoin en fonds de roulement correspond aux besoins nécessaires pour financer l’exploitation ou l’activité, pour que cela « fonctionne », pour que « ça roule ». 

Il est la substance clé de la gestion financière du cycle d’exploitation. Il expose le besoin net de financement des opérations attachées au cycle d’activité. Le BFR est le ratio qui évalue la trésorerie dont a besoin en permanence une entreprise pour couvrir son cycle d’exploitation.  

En d’autres termes, le BFR est le montant indispensable que l’entreprise doit avoir pour payer ses charges courantes en prévoyant de recevoir le paiement dû par ses clients. Il montre l’autonomie financière de l’entreprise à court terme puisque cet indicateur montre la somme d’argent essentielle pour financer ses charges sans qu’elle n’ait besoin d’encaisser ses clients au même moment. 

Ainsi, le BFR dépend de plusieurs variables économiques telles que : 

  • le volume des approvisionnements
  • les frais de production et de commercialisation
  • les frais annexes
  • la masse salariale
  • la durée du cycle de production/commercialisation
  • le délai de paiement des fournisseurs 
  • le délai de paiement des clients
  • les avances et acomptes qu’on a payés et qu’on nous a versés

En effet, Le BFR s’apparente à une avance permanente des frais d’exploitation et des autres frais qui lui sont liés. 

Comment calcule-t-on le besoin en fond de roulement ?

Logiquement, le BFR se mesure par la différence entre les actifs circulants restructurés (ACR) et les dettes à court terme (DCT) hors dettes financières à court terme. 

L’ACR est fait de tous les actifs circulants restructurés hormis les valeurs disponibles. La rubrique DCT a toutes les dettes à court terme, sauf des dettes financières à court terme. 

BFR = (ACR – Valeurs disponibles) – (DCT – Dettes financières à court terme) 

Autrement dit, le BFR se calcule encore comme suit :

BFR = Emplois – Ressources 

Ou encore

BFR = Stock en cours + clients et comptes rattachés – Fournisseurs et comptes rattachés – Dettes fiscales et sociales 

Il est important de noter que le BFR peut être décomposé en Besoin en Fonds de Roulement d’Exploitation (BFRE) et en Besoin en Fonds de Roulement Hors Exploitation (BFRHE).

BFRE = ACE – PE 

BFRHE = ACHE – DCTHE 

BFR = BFRE + BFRHE = (ACE + ACHE) – (PE + DCTHE) 

Le BFRE est obtenu en faisant la différence entre les actifs circulants restructurés d’exploitation (ACE) et le passif d’exploitation (PE). Les ACE sont composés des valeurs d’exploitation, des créances commerciales à court terme et des comptes de régularisation de l’actif reliés à l’exploitation. Les PE sont constitués de toutes les dettes commerciales à court terme ainsi que les comptes de régularisation du passif liés à l’exploitation. 

Le BFRHE quant à lui est la différence entre les actifs circulants restructurés hors exploitation (ACHE, c’est-à-dire les autres créances à court terme et les comptes de régularisation actif hors exploitation) et les dettes à court terme hors exploitation (DCTHE, c’est-à-dire toutes les autres dettes à court terme hors exploitation et hors dettes financières à court terme).

Le BFR est de ce fait la somme du Besoin en Fonds de Roulement d’Exploitation (BFRE) et du Besoin en Fonds de Roulement Hors Exploitation (BFRHE). 

Interprétation du BFR ?

Généralement le BFR est positif, sauf dans un cas particulier notamment celui des firmes de la grande distribution.

Le BFR positif

Le BFR de la plupart des sociétés est positif en raison de leur cycle d’exploitation. Il s’agit des entreprises industrielles qui doivent financer les stocks de matières premières, de marchandises et de produits finis, ainsi que les créances commerciales. En gros, plus le cycle d’exploitation est grand, plus il faudra du temps pour recouvrer les sommes investies dans la production et moins le délai octroyé par les fournisseurs suffira.

Par ailleurs, un BFR positif illustre un besoin de financement à court terme. Cela signale que vos créances clients et stock sont plus importants que vos dettes fournisseurs. C’est-à-dire que vous payez vos fournisseurs avant d’être payé vous-même par vos clients.

Un BFR positif n’est pas toujours dramatique. Il vous alerte sur la marche de votre business. Ainsi, vous devez revoir votre business modèle pour diminuer votre BFR.  

Le BFR négatif

Toutefois, il y’a des firmes ayant un BFR négatif, il s’agit à titre illustratif des sociétés de la grande distribution qui bien qu’ayant des provisions de marchandises extraordinaires et bien gérées, ont un délai de paiement de leurs clients quasi nul d’une part, et d’autre part bénéficient des délais de paiement suffisamment longs de la part de leurs fournisseurs.

Finalement, un BFR négatif montre une ressource de financement. Votre cycle d’exploitation marche bien, roule parfaitement. Vous réglez vos fournisseurs après avoir été payé par vos clients.

Comment bien gérer le besoin en fond de roulement ?

Afin de mieux gérer le BFR, il est nécessaire de connaître d’une part les principaux éléments qui influencent le BFR et d’autre part les variables qui peuvent réduire un BFR positif. 

Les agrégats qui influencent le BFR  

Connaître les agrégats qui influencent le BFR permet de mieux le gérer. Voici quelques variables à prendre en compte :

  • La saisonnalité : dans certaines affaires cet indicateur est soumis aux variations saisonnières. Ce qui pose un problème dans son calcul à partir du bilan fonctionnel.   
  • La longueur du cycle d’exploitation : elle est liée au stock à financer. Le cycle d’exploitation influence beaucoup le BFR. 
  • La valeur ajoutée produite : plus la société est intégrée, moins elle peut jouer sur les dettes fournisseurs pour réduire son BFR. 

Que faire pour diminuer un BFR positif ?

Un chef d’entreprise doit être implacable dans la gestion quotidienne de son entreprise. Malgré cela, il doit faire spécialement attention aux variables suivantes : 

  • La dette fournisseur : elle a un impact remarquable sur le BFR. Il faut négocier les délais de paiement plus longs avec les fournisseurs. C’est le levier fondamental pour la gestion du BFR. 
  • Les créances clients : il faut réduire au maximum le crédit accordé aux clients. Il faut mettre en place un dispositif strict comme l’affacturage qui permet de minimiser ce poste en maximisant les encours clients. 
  • Le niveau de stock : il est nécessaire de réduire au maximum la quantité de produits, marchandises et matières premières stockés. Il vaut mieux pratiquer des actions fortes comme la rationalisation du nombre de fournisseurs et / ou de références. 

Le chef d’entreprise peut aussi mettre un accent particulier sur d’autres points tels que :

  • demander le paiement d’un acompte à la conclusion de chaque vente
  • augmenter le découvert autorisé auprès de sa banque 
  • revoir les dépenses courantes pour diminuer certaines charges d’exploitation
  • disposer suffisamment de fonds de roulement c’est-à-dire que des ressources autres que le chiffre d’affaires pour assurer un meilleur cycle d’exploitation.

Laurent COHEN
Expert-comptable associé

Consultez le profil de Laurent Cohen sur Linkedin